NOUVELLES


Ecouter, réécouter "CANNABIS CIRCUS" sur le blog de Radio Canut :

http://blogs.radiocanut.org/canabiscircus/

MARCHE MONDIALE DU CANNABIS 

Samedi 29 avril Place Carnot

Rassemblement à 14 H 30 et départ à 15 H

 

Vous viendrez bien faire une petite manif' cannabique

entre les deux tours de l'élection présidentielle ?

 

REJOIGNEZ NOUS SAMEDI PROCHAIN, VENEZ AVEC VOS COULEURS, VOS BANDEROLES ET VOTRE BONNE HUMEUR !!!

Le CIRC a récemment mis en place un partenariat avec quelques commerçants canna-responsables. Le CIRC entend faire profiter à ses adhérents de promotions auprès de ceux-ci. Pour pouvoir en profiter, il suffit d'adhérer aux CIRCs de votre choix. Après votre adhésion nous pourrons vous communiquer toutes les informations nécessaires pour vous en faire profiter...

 

Les adhérent(e)s de tous les CIRCs à jour de leur cotisation 2017 bénéficient désormais de remises sur leur site ou directement dans leur magasin (s’ils en ont).

 

Comment profiter de ces réductions ?

C’est très simple :

 

• Le growshop catalan Alchimia fera profiter d'avantages sur l’ensemble du catalogue aux adhérents du CIRC. La même chose te sera accordée sur place, sur présentation de ta carte du CIRC 2017.

 

• Ananda & Cie, transformateur de produits alimentaires biologiques à base de chanvre (huiles, farines, purée, graines et condiments), propose une remise de 10 % à partir de 40 € de commande. Il te suffira d’indiquer le code de promotion qui te sera communiqué après avoir adhérer au CIRC. Il sera renouvelé régulièrement et tu en seras tenu(e) informé(e).

 

• Le Musée du Fumeur et lacentralevapeur.com, spécialisés dans les outils pour fumeurs (pipes, vapo, feuilles…) te proposent 10 % de réduction sur présentation de la carte du CIRC 2017 en magasin. Pour les commandes en ligne, un numéro de code te sera attribué par le site après que nous lui ayons confirmé ton appartenance à l’association.

 

• Les growshops JUNGLE PARADISE de Valence (26) et de Villars (42) proposent 10 % de remise sur présentation de la carte du CIRC 2017.

 

• Pour Guano Diffusion spécialiste des engrais et amendements à base de guano de chauve-souris et d’algues, c’est 25 % de remise avec un code promotionnel qui te sera communiqué ultérieurement. 

Politiques publiques des drogues : lançons un débat citoyen !

http://www.mesopinions.com/petition/politique/politiques-publiques-drogues-lancons-debat-citoyen/

 

Échec après échec, nos politiques publiques en matière de drogues font aujourd’hui l’objet d’intenses débats. Les citoyens se réapproprient le sujet et demandent des comptes en matière de libertés individuelles, de justice sociale, de lutte contre le trafic et d’efficacité de l’action gouvernementale.

 

Ces réformes sont le résultat d’une prise de conscience : celle de l’échec d’une politique fondée quasi-exclusivement sur la répression. Contrairement à d’autres pays en Europe et dans le monde, la France reste à l’écart de cette remise en question malgré un bilan qui ne cesse de s’aggraver. Notre pays possède notamment les taux de consommation les plus élevés d’Europe pour l’usage du cannabis chez les 15-34 ans.

 

Ce constat est grave : que faut-il attendre de plus pour réagir ?

 

Un sondage IPSOS  (10/10/2016) révèle que 52 % des français sont favorables à l'ouverture d’un débat sur la question des drogues lors de la prochaine campagne présidentielle.
Plus significatif encore, 84 % considèrent que la législation actuelle est inefficace.

 

Le contexte actuel semble propice et les citoyens réceptifs. Il est donc temps que la France s’engage à son tour dans un véritable débat national sur le bien-fondé des politiques menées depuis bientôt 50 ans avec l’adoption de la loi du 31 décembre 1970, principal fondement de l'arsenal juridique national sur les drogues. Seules des assises publiques nationales permettront de sortir de l’impasse. Acteurs des secteurs associatifs et médicaux, avocats, universitaires, juges, journalistes, policiers, élus locaux et nationaux, entrepreneurs et citoyens de tous bords politiques, nous appelons au rassemblement le plus large possible

 

Les trois points clefs de notre engagement :


1. Un consensus autour du constat d’échec des politiques actuelles : ce débat doit permettre au plus grand nombre de prendre conscience que l'approche de notre pays est non seulement inefficace, mais extrêmement coûteuse pour l’Etat et la société.

2. Une méthode rationnelle et participative : après l'analyse objective des politiques actuelles en France et à l’étranger, des résultats de recherches scientifiques, Echo propose d’ouvrir un débat démocratique concret et informé permettant à toutes les parties prenantes de s’exprimer. Toutes les idées seront rassemblées et étayées par de nouvelles propositions dotées d’une double légitimité : la participation citoyenne, notamment en ligne, et les expertises professionnelles et universitaires.

3. Un débat qui s’articule autour d'objectifs clairs et précis :
- Réduire le trafic illicite et les violences inhérentes ;
- Réduire la consommation et les risques sanitaires associés ;
- Réduire les coûts pour la société et l’Etat.

ECHO s’engage à co-organiser des assises publiques nationales, dès maintenant, avec vous.

Rejoignez le débat citoyen en signant cette pétition !

 

Consulter le manifeste :
POLITIQUE PUBLIQUE DES DROGUES, LES CITOYENS LANCENT LE DEBAT
Ils ont déjà signé :
Christine LAZERGES (Présidente de la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme (CNCDH) – Jean-Pierre HAVRIN (Contrôleur General Honoraire de la Police nationale française) - Roselyne BACHELOT (Ancienne Ministre de la Santé et Animatrice télévision/radio) – Michel KAZATCHKINE (Ancien directeur du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme et actuel Envoyé Spécial de l'ONU pour le VIH/SIDA pour l'Europe de l'Est et l'Asie Centrale) – Françoise SIVIGNON (Présidente de Médecins du Monde)- Patrick Padovani (Maire adjoint à la Santé à la Mairie de Marseille - LR) - Aurélien BEAUCAMP (Président de AIDES) – Delphine BOESEL (Présidente de l’Observatoire International des Prisons- Section Française) - Henri BERGERON (Chargé de recherche au CNRS - SciencesPo/CSO) - Jean-Michel COSTES (Secrétaire Général de l’Observatoire Des Jeux (ODJ)) - Amine BENYAMINA (Président - Fédération Française d’Addictologie (FFA)) - Alain BRILLET (Ancien Commandant de police - ex-responsable du Syndicat des cadres de la sécurité intérieure ) -  Rokhaya DIALLO (Journaliste et auteure) - Cécile DUFLOT (Député de Paris - EELV) - Françoise DUMONT (Présidente de la Ligue des Droits de l'Homme) - Jean GLAVANY (Ancien Ministre de l’Agriculture, Député des Hautes-Pyrénées - PS) -  Bernard KOUCHNER (Ancien Ministre de la Santé et des Affaires Étrangères) - Marylise LEBRANCHU (Ancienne Garde des sceaux, Député du Finistère - PS) - Noel MAMERE (Député de la Gironde - EELV) - Jean-Michel RIBES (Acteur, réalisateur, scénariste) - 

SOUTENONS Gérald Martinez, qui souffre d'une névralgie et se soigne avec du Bedrocan, médicament sous forme de fleurs séchées de cannabis thérapeutique à base de cannabinoïdes, riche en CBD, mais interdit en France

 

Lettre de Gérald Martinez

 

Routier de profession et par passion, je suis en invalidité depuis 2001, souffrant d'une névralgie doublée de symptômes de la fibromyalgie ; les troubles sont nombreux (fatigue matinale, migraine, troubles de la mémoire, vertige, malaise, sensation de recevoir des décharges électriques dans les testicules toute la journée,...).

 

Ma vie devient un combat contre ma maladie. Après un parcours chaotique de près de 15 ans, entre analyses et de multiples traitements lourds et invalidants, mon état général ne s'est pas amélioré.

 

Depuis le mois d'avril j'ai trouvé un médicament qui me permet de soulager mes douleurs et de revivre comme avant. Ce médicament est le Bedrocan, du cannabis thérapeutique à taux très faible en THC mais avec un taux élevé en CBD (cannabidiol), vendu aux Pays-Bas mais interdit en France. Mon médecin reconnait le bienfait de ce médicament sur ma personne et me prescrit mensuellement 90 grammes de Bedrocan. Depuis cette date, je me rends tous les mois à Maastrak en voiture pour acheter mon médicament et je reviens en France.

 

Le 20 août dernier, de retour de Maastrak je suis contrôlé par les douanes, mon médicament est saisi sans autre explication que :« le cannabis est interdit en France ». Mais aucune poursuite judiciaire n'est intentée contre moi.

 

Pas de procès en perspective. Je n'aurai même pas l'occasion de plaider mon cas. Je retourne en France sans mon médicament, désemparé, affolé à l'idée de revivre ces moments terribles de souffrance. Depuis je suis dans un état moribond, je survis, je me shoote aux médicaments et au haschich pour oublier mes souffrances. J'attends ma pension pour retourner à Maastrack pour me soigner. Mon médecin m'a délivré une nouvelle ordonnance, je n'en peux plus de souffrir ! J'ai pris ma décision, je vais rester à Maastrack un moment pour soulager mes douleurs sans risque. Mes ressources sont très faibles, le médicament coûte cher, je n'ai pas les moyens de payer un hébergement.

 

Je vais vivre comme un clochard mais comme un homme libéré de ses souffrances... Ne dit-on pas que la santé c'est ce que l'on a de plus précieux ! Je ne suis pas le seul en France à souffrir de la prohibition du cannabis médical, il faut qu'une prise de conscience soit faite sur nos cas.

 

Je serais à Maastrack à partir du 10 octobre, je veux témoigner, montrer ce que je suis obligé de faire pour me soigner, pour vivre tout simplement. Un reportage sur ma vie de clochard à Maastrack pourrait faire réagir l'opinion ou mon cadavre pourrait faire évoluer la loi. 

 

Monsieur Martinez Gérald, 06 41 13 43 35

 

Afin de m'aider financièrement, mes amis du CIRC Lyon ont créé une cagnotte ouverte à tou-te-s : https://www.lepotcommun.fr/pot/sicm55r5 Aidez-moi ! Merci de votre soutien !

Guerre aux Drogues Guerre raciale : Appel à témoignage !

 

Depuis plusieurs décennies, en France, l’histoire de la répression des drogues et celle des personnes issues de l’immigration se déroulent en parallèle ; elles peuvent concerner les mêmes personnes mais n’ont jamais été croisées.

Du département de la Seine-Saint-Denis aux quartiers Nord de Marseille, la violence liée aux trafics de drogues illicites frappe en premier lieu les gens qui vivent et grandissent dans ces territoires et sont, pour beaucoup, Noirs, Arabes, issus de milieux défavorisés.

Dès lors, on peut se demander si la guerre aux drogues n’est-elle pas une guerre contre les minorités ethniques, une guerre raciale ?

 

Si vous avez été victime de discrimination sous prétexte de la lutte contre les drogues, témoignez sur GDGR.fr

 

Contacts :

 

- Louis-Georges TIN, président de République & Diversité

06 19 45 45 52 / tin@republiqueetdiversite.fr

 

- Fabrice OLIVET, directeur d'ASUD

06 04 51 33 82 / contact@asud.org

 

- Jessica MALAMBA, chargée de communication République & diversité

06 26 80 01 95 / malamba@republiqueetdiversite.fr

 

- Jean-Marc PRIEZ, coordinateur 06 03 32 52 07 

 

J’ADHÈRE MAINTENANT !
J’ADHÈRE MAINTENANT !

"Cannabis Circus"

l'émission radiophonique

du CIRC Lyon

sur Radio Canut

102.2 FM

les lundis soirs

de 21h à 22h

EN DIRECT

L'actu du CIRC Lyon et du cannabis sur Facebook

CIRC TV La télé du CIRC

CIRC Fédé
CIRC Fédé
CIRC 46 LOT
CIRC 46 LOT MIDI-PYRENEES

St Etienne - Valence

Boutique indépendante