INFORMATIONS IMPORTANTES


Communiqué de presse

 

Les antiprohibitionnistes du monde entier vont battre le pavé le samedi 12 mai à Lyon et Paris, et le 5 mai dans plusieurs autres villes, à l'occasion de la "Marche mondiale du cannabis 2018" pour revendiquer une réforme de la politique en la matière.

 

Comme chaque année depuis 2001, le Collectif d'Information et de Recherche Cannabique de Lyon (CIRC), les Jeunes écologistes lyonnais, Europe Ecologie - Les Verts, la Ligue des Droits de l'Homme, le Nouveau Parti Anticapitaliste, Les Jeunes Radicaux de Gauche, le syndicat étudiant écologiste Fac Verte, l'association de lutte contre le sida AIDES, ainsi que les associations Ananda et Cie., Livity Record et Bredda Sound System participent à la Marche Mondiale du Cannabis 2018, qui se déroule dans plus de 300 villes de 40 pays.


Inlassablement, les partisans d'une réforme de la législation sur les drogues exigent des alternatives à la prohibition afin de faire advenir une politique juste, cohérente et humaine encadrant les usages récréatifs et médicaux du cannabis en particulier et des drogues en général.

Cette 17e édition de la Marche mondiale vient rappeler que la mobilisation de la société civile est cruciale pour provoquer les changements, et les nombreuses évolutions constatées à l'international depuis l'an dernier montrent combien cette implication porte ses fruits.

 
Aux États-Unis, qui sont précisément exemplaires sur ce point et sur leur capacité à tirer les leçons de leurs propres échecs prohibitionnistes, le Nevada et la Californie deviennent les 8e et 9e États à légaliser le cannabis récréatif (après l'Alaska, le Colorado, le Maine, le Massachusetts, l'Oregon, le Vermont et Washington, plus le District de Columbia), dynamisant une industrie légale qui pourrait atteindre, selon une étude, 75 milliards de dollars de ventes d'ici 2030. Le Canada se rapproche aussi de la légalisation, prévue pour cet été ; la Norvège l'envisage ainsi que la Nouvelle-Zélande, via un référendum. Enfin, la Catalogne légalise les cannabis social clubs.

Quant au cannabis thérapeutique, de nombreux nouveaux pays encadrent officiellement son usage : Géorgie, Mexique, Paraguay, Pérou, Pologne, Saint-Marin, Suède, Uruguay, ou sont en passe de le faire : Grèce, Inde, Lituanie, Luxembourg, Thaïlande, Zambie...

Les divers effets de la légalisation commencent à être mesurés : au Colorado et dans l'État de Washington, l'usage du cannabis récréatif stagne chez les mineurs mais augmente chez les adultes (étude Cannalex, par INHESJ & OFDT), et entraînerait une baisse de la criminalité. Autres constats, toujours aux États-Unis : les États où le cannabis est légal voient non seulement la consommation d'alcool décroître mais également celle de toutes les autres drogues, ainsi que le phénomène de « biture express » (binge drinking), et les États où le cannabis médical est légal connaissent une chute de 25 % du nombre d'overdoses aux opioïdes, un an seulement après la régulation.

 

Et en France ? Le contraste est saisissant. Dans un rapport, les députés Reda (LR) et Pouillat (LREM) proposent d'instaurer une amende forfaitaire au délit d'usage de drogues. Alors que le premier propose une simple contravention de 4e ou 5e classe, c'est l'amende forfaitaire délictuelle souhaitée par le second qui est retenue par le ministre de la Justice (montant fixé à 300 €). Objectifs clairement affichés : appliquer une sanction "certaine et rapide", éviter des procédures trop chronophages pour la police et la justice, donner "la priorité à la lutte contre les trafics" et enfin, financer les "consultations jeunes consommateurs" pour les moins de 25 ans aux conduites addictives... Ou comment un gouvernement réformiste et "disruptif" préfère une mesurette marginale plutôt qu'une réforme véritable et cohérente afin de s'éviter tout procès en laxisme.

 

On sait pourtant les Français moins frileux que leurs dirigeants : 84 % jugent la législation actuelle inopérante et 52 % pensent que la vente de cannabis sous le contrôle de l'Etat serait plus efficace que l'interdiction pour lutter contre le trafic (sondage Ipsos, octobre 2016). Déjà, un rapport de l'OFDT (2013) montrait que six Français sur dix sont favorables à l'autorisation de l'usage du cannabis sous certaines conditions pour les majeurs, et à l'interdiction à la conduite routière et aux mineurs.


En attendant que l'imagination soit au pouvoir, soyons réalistes, demandons l'impossible : que les si nombreux partisans d'une réforme se souviennent que la politique se passe (aussi) dans la rue. Nous les invitons donc à venir participer à la Marche Mondiale du Cannabis 2018, qui se tiendra, à Lyon, le samedi 12 mai à 15 h, de la place Carnot jusqu'à la place des Terreaux, pour revendiquer :

 

- Une réforme de la politique française en matière de cannabis et l'ouverture d'un débat public sur la loi du 31 décembre 1970

 

- La libération des détenus-es du cannabis 

 

- La dépénalisation de la consommation, de la possession et de l'autoproduction pour usage personnel


- Une information cohérente et objective sur les effets et les modes de consommation réduisant les risques

 

- Une prévention pragmatique et ciblée en direction des mineurs et des usagers en difficulté

 

- La prescription de cannabis dans un cadre thérapeutique

 

- La régulation de la production, de la distribution et de la consommation de cannabis

 

 

 

Contacts : 06-11-53-10-07 - circ-lyon@no-log.org

http://www.circ-lyon.fr/

https://www.facebook.com/events/

 

https://www.facebook.com/CIRCLyon/

Plusieurs pétitions tournent sur les réseaux, demandant chacune à sa façon que soit reconsidérée la politique française

des drogues :

 

La première, lancée par le FAAAT (Fondation Antonin-Artaud pour une approche alternative de l’addiction et des toxicomanies), est intitulée "Défendons le progrès, la santé et les Droits Humains au Sommet mondial des Drogues #UNGASS". Elle appelle la France à adopter, lors de la prochaine Assemblée générale extraordinaire de l’ONU sur la question des drogues, une position plus progressiste, à l’égard des usagers notamment. https://www.change.org/p/jean-jacques-urvoas-d%C3%A9fendons-le-progr%C3%A8s-la-sant%C3%A9-et-les-droits-humains-au-sommet-mondial-des-drogues-ungass

 

La deuxième est une initiative de professionnel(le)s de l’addictologie, les Dr Michel Hautefeuille et Emma Wievorka,  dont les prises de position antiprohibitionnistes ne peuvent qu’interroger sur la légitimité de la prohibition. Son titre a le mérite d’être clair : Il faut légaliser les drogues : prohiber tue. https://www.change.org/p/premier-ministre-il-faut-l%C3%A9galiser-les-drogues-prohiber-tue

 

 

La dernière s’inscrit dans le cadre du 40e anniversaire de l’Appel du 18 Joint que relance la Fédération des CIRCs. Elle appelle à l'abrogation de l'article L3421-4 du Code de la santé publique et la sortie de la prohibition du cannabis avec l’organisation d’états généraux. https://www.change.org/p/appel-du-18-joint-pour-l-abrogation-de-l-article-l3421-4-et-la-sortie-de-la-prohibition-du-cannabis

MARCHE MONDIALE DU CANNABIS

Samedi 7 mai 2016 départ 15 h Place Carnot Lyon 2e

"Cannabis 40 ans de malentendus" Tome 2 : parution le 9 mai 2014

Le 2e opus de l'ouvrage écrit par Jean-Pierre Galland sera bientôt disponible dans toute bonne librairie qui se respecte et aussi dans la rubrique VPC du site

LE CIRC A LA CHAINE !

Souscrivez dès maintenant, clickez l'image.

J’ADHÈRE MAINTENANT !
J’ADHÈRE MAINTENANT !

"Cannabis Circus"

l'émission radiophonique

du CIRC Lyon

sur Radio Canut

102.2 FM

les lundis soirs

de 21h à 22h

EN DIRECT

CIRC TV

la télé du CIRC

 

Diffusion interrompue par YouTube depuis le 23/04

L'actu du CIRC Lyon et du cannabis sur Facebook

 

CIRC Fédé

CIRC Centre